DreylandDichterweg

Theobald Baerwart

1872–1942, Basel

Il était secrétaire de la Direction fédérale des douanes à Bâle ; a écrit des poèmes et des textes en prose, la plupart en dialecte bâlois.

(lecture: Beat Trachsler)

Mon Bâle

Voilà ma ville, mon Bâle
Au coude du Rhin sauvage
Elle pourrait être un peu plus grande,
Mais elle ne pourrait pas être plus charmante.

Elle ne fait pas grand cas de soi
Ne roule pas les mécaniques,
Son amour, elle le consacre au travail,
Sa gloire est la science.

Des siècles durant, elle fut ébranlée
Par des guerres et des tempêtes
Et les tours de la cathédrale
Pointent toujours vers les nuages.

Et mon vieux Rhin tant aimé
Gronde toujours.
Ce soir, après six heures
J'irai m'y baigner.